sclérose en plaques (sep) et douleurs

Distinguer les types de douleur

Les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) peuvent souffrir de douleurs.

Mais celles-ci ne sont pas nécessairement toutes provoquées par leur maladie. Il peut bien entendu arriver que les patients atteints par la sclérose en plaques (SEP)  souffrent d’un classique mal de dents ou d’estomac, par exemple. 

Pourtant, les patients souffrant de sclérose en plaques (SEP) ont parfois tendance à attribuer tous leurs maux à une nouvelle et angoissante pousée de sclérose en plaques (SEP).

Une bonne description de la douleur et un examen clinique détaillé par le médecin sont donc primordiaux afin d’établir la distinction entre une douleur directement liée à la sclérose en plaques (SEP), une douleur indirectement liée à la sclérose en plaques (SEP) et une douleur non liée à la sclérose en plaques (SEP)

Ce qui a toute son importance car le traitement sera différent.

Douleurs musculaires ou osseuses

Les patients atteints de sclérose en plaques (SEP) peuvent éprouver des douleurs indirectement liées à leur maladie. 

Il s’agit généralement de douleurs musculaires ou osseuses

Une personne qui souffre de troubles de la marche, liés à la sclérose en plaques (SEP), peut éprouver des douleurs à l’épaule parce qu’elle doit s’aider de béquilles par exemple. Ou encore des douleurs lombaires parce qu’elle n’est plus capable de marcher de façon symétrique.

Douleurs neuropathiques

Certaines douleurs ressenties par les patients atteints de la sclérose en plaques (SEP) sont dues à une lésion des nerfs, de la moelle ou du cerveau: 

il s’agit de douleurs dites «neuropathiques».

Ces douleurs sont alors directement liées à des atteintes de la gaine de myéline des neurones voire à la dégénérescence des neurones eux-mêmes.

Le cerveau ou la moelle interprètent alors de manière erronnée certaines sensations «normales».

Comment reconnaître les douleurs neuropathiques?

Les douleurs neuropathiques associées à la sclérose en plaques (SEP) prennent souvent la forme d’une sensibilité réduite, accrue ou perturbée de la peau: fourmillements, picotements, brûlures, décharges électriques, impression de coups de couteau…

Elles peuvent être ressenties de façon continue ou par paroxysme (brève crise aiguë); de façon spontanée ou suite à des stimulations normalement non douloureuses (mouvement, frôlement, légère pression). Ces douleurs peuvent être ressenties à tout niveau du corps: bras, jambes, visage, thorax…

Un exemple typique

La névralgie du trijumeau en est un exemple typique. 

Elle provoque une vive douleur sous forme de lancement ressentie d’un seul côté du visage (joue, mâchoire supérieure et mâchoire inférieure). 

Son intensité la rend très invalidante. Même si elle ne dure que très peu de temps, les personnes qui y sont sujettes redoutent souvent avec anxiété la survenue de la prochaine crise.

La douleur neuropathique peut être le premier symptôme de sclérose en plaques (SEP), mais peut aussi apparaître plus tard dans l’évolution de la maladie. Elle touche tant les jeunes que les personnes plus âgées.



Ils aiment notre page Facebook